Christophe Le Bot

Pratique de la conception numérique

World of Goo : le design numérique par excellence


World of Goo, LA surprise numérique de cette fin d’année.

Noël approche ! C’est le moment de penser aux cadeaux. Et pour ceux qui cherchent encore, j’ai LE truc qui va plaire à tout le monde : World of Goo.

« Quoi ? Un jeu vidéo !? »

A première vue, oui, mais ce serait passer à côté de l’essentiel : il s’agit surtout d’une oeuvre numérique parfaitement réalisée. Pour calmer cet emballement juvénile soudain (cela doit faire 15 ans que je n’ai pas touché un jeu vidéo), je vais aborder le sujet sous un angle plus rabat-joie technique. Voici donc le cocktail détonnant qui compose la chose…

Un gameplay basique, mais un univers totalement décalé

Pour perdre du temps à jouer sans culpabilité, il faut pouvoir se plonger dans un univers en décalage complet avec la réalité. Avec World of Goo, on est servi ! Le but du jeu est plutôt simple (mettre des Goos dans un tuyau), mais l’histoire, les messages, les transitions entre les scènes nous plongent dans un univers caustique et sarcastique (rien que ça !), à mi-chemin entre le doux rêve et le cauchemar absolu.

Une création graphique originale

Chaque élément de l’interface est travaillé pour servir le jeu. Tous les détails comptent : la forme, le comportement, les interactions avec les autres éléments, les messages dans lesquels sont cachés des astuces. Le tout traité avec une grande cohérence graphique. Un excellent travail !

Une bande son extraordinaire

Les concepteurs de jeu le savent bien : le son est plus efficace que l’image pour immerger l’utilisateur. Et les concepteurs de World of Goo ne l’ont pas oublié. La musique se fond parfaitement aux phases du jeu, les bruitages sont superbes (la palme au bruit du Goo se faisant croquer !).

Une programmation sans faille

Dommage que je ne puisse pas accéder au code source… Quand on voit le jeu tourner, on perçoit immédiatement la qualité de la programmation (orientée objet, cela va de soi). Sa fluidité incroyable offre une parfaite maîtrise des éléments qui composent la scène. Aucun bug constaté.

Les lois de la physique parfaitement respectées

Je finis par ce qui fait le principal intérêt de World of Goo : son respect maniaque des grands principes de la physique : masse, inertie, élasticité, énergie, gravité, mécanique des fluides. Tout repose sur la parfaite intégration de ces notions intuitives. Nul doute que tout est programmé grâce aux formules mathématiques adéquates. D’ailleurs, le résultat semble largement inspiré d’autres projets, comme les animaux de SodaZoo (huit ans déjà !) ou les expériences de Yugo Nakamura.

Joyeux Noël !

Après ce déluge d’éloges, je ne peux que vous inciter à essayer ce jeu, d’autant que son prix reste très abordable (20$). Pour ma part, je garderai de ce projet l’exemple d’une parfaite intégration des différents métiers du numérique : scénario, création graphique, composition musicale, programmation objet, etc. Même si l’équipe derrière ce bijou se résume à quelques fous furieux talentueux !

Aucun commentaire

* Informations obligatoires