Christophe Le Bot

  • Navigation rapide
Pratique de la conception numérique

Derniers commentaires

  • Test d’interface : paiement d’amendes en ligne
    • Herbaux Jean-Marie | J’ai été coupé a 15h56. Je ne parviens pas confirmer mon payement par C B via le payement.en ligne par Internet. J’entre bien les quatre groupes de chiffres et les deux...
    • Rovellotti Olivier | Ce site est un véritable cauchemar UX Excellent article http://www.natural-solutions.e u/
    • Julien | Pour info, mon e-numero etait sur le cote gauche, ecrit verticalement, sans aucun label.
  • Agence web ou SSII : que choisir ?
    • Rovellotti Olivier | La limite n’est plus aussi claire qu’avant effectivement et les différence de prix sont du l’ordre du *10. Généralement les équipes dans les agences sont plus...
  • Une excellente thèse sur Simile Exhibit
    • Olivier Rossel | Bonjour. Malgre les annees, avez vous toujours en memoire vos usages d’Exhibit? Je serais ravi d’en discuter avec vous. Cordialement, Olivier Rossel.
 

Utiliser les catégories pour gérer les tags sous WordPress

Logo WordPress

Incroyable mais vrai : WordPress ne gère pas les tags ! Ces petites étiquettes qui donnent du sens au contenu généré par les utilisateurs, sont dans tous les services estampillés « Web 2.0″… sauf dans WordPress. Les utilisateurs râlent depuis longtemps : c’est qu’ils les demandent, ces tags ! Et avec insistance ! Ils devaient être intégrés dans la prochaine version (la v.2.2 à paraître ces jours-ci) et ne le seront que dans la version 2.3. Les plus impatients ont déjà migré sur d’autres plates-formes…

Mais au fait, a-t-on vraiment besoin des tags dans WordPress ?

Non, car ce moteur de blog propose les catégories pour les gérer. Certains vont tout de suite me dire qu’il y a une grosse différence entre les deux et qu’il faut donc les deux. C’est vrai, il y a une telle différence que j’utilise les deux dans ce blog… en m’appuyant seulement sur les catégories.

Gérer les catégories comme un arbre sémantique

L’astuce consiste à utiliser la hiérarchie des catégories comme un arbre sémantique. Ensuite, il suffit de placer certains de ses noeuds dans l’interface. Pour illustrer le principe, je vais prendre l’exemple de ce blog qui utilise à la fois des thèmes et des tags.

Etape 1 : créer les racines

Pour commencer, je crée les catégories qui me serviront de racines :

  • Thèmes
    Pour gérer une classification hiérarchique.
  • Mots-clés
    Pour gérer les tags.

WordPress m’indique les identifiants des deux racines : 3 pour Thèmes et 4 pour Mot-clés. Ces identifiants sont importants pour placer les racines dans l’interface. Leur valeur dépend bien sûr de votre propre installation de WordPress. Mais n’allons pas trop vite…

Etape 2 : créer les thèmes

Mes thèmes sont hiérarchiques. Je crée donc les thèmes principaux (Concevoir, Développer, Exploiter, Imaginer, Savoir) en les plaçant sous la catégorie Thèmes. Puis, viennent les thèmes secondaires placés chacun sous un thème principal. Rien de très compliqué, c’est du WordPress basique !

Thèmes sous WordPress
La liste de mes thèmes dans l’interface de WordPress.

Etape 3 : afficher les thèmes

Maintenant, il faut mettre les mains dans le cambouis. Je vais modifier le thème WordPress de mon blog pour afficher mes thèmes dans la partie latérale de mon blog. Par défaut, WordPress gère la navigation par catégories dans un fichier nommé sidebar.php. J’y ajoute le code suivant :

<ul>
<?php
wp_list_categories('title_li=&orderby=name&show_count=0&use_desc_for_title=1&child_of=3');
?>
</ul>

wp_list_categories est une fonction standard de WordPress pour afficher la liste des catégories. Grâce à ses options, je vais pouvoir placer la racine de mon arbre sémantique :

  • title_li=
    Indique que je ne souhaite pas afficher de titre avant la liste.
  • orderby=name
    Ordonne les catégories par nom.
  • use_desc_for_title=1
    Affiche les catégories sous leur catégorie mère.
  • child_of=3
    Limite la liste aux catégories appartenant à la catégorie 3 (donc Thèmes).

Etape 4 : créer les mots-clés

Les mots-clés sont créés sur le même principe. Je les saisie donc dans le gestionnaire de catégories de WordPress, sous la catégorie Mots-clés.

Mots-clés sous WordPress
La liste de mes mots-clés dans l’interface de WordPress.

Etape 5 : afficher les mots-clés… dans un joli tag cloud

Pour afficher les mots-clés, j’aurais pu me simplifier la vie en reprenant le même principe que pour les thèmes. Dans ce cas, le code suivant suffit :

<ul>
<?php
wp_list_categories('title_li=&orderby=name&show_count=0&hierarchical=0&child_of=4');
?>
</ul>

Mais présenter les mots-clés sous forme d’un tag cloud est quand-même plus « tendance ». Un tag cloud met en valeur les mots-clés (tags) les plus utilisés. Pour cela, inutile de réinventer la roue, j’utilise une extension WordPress très simple et efficace : Category Tagging.

Une fois installée et activée, je n’ai plus qu’à générer le tag cloud dans l’interface :

<ul>
<?php
// Affichage du tag cloud (via plugin Category Tagging)
if (function_exists ('cattag_tagcloud') ) {
echo cattag_tagcloud(1,5,1,'NAME_ASC','1,2,3,4,5,6,7,8,9','','<li><a rel="tag" href="%link%" title="%description%" class="tag-cloud-%size%">%title%</a></li>','Aucun mot-clé trouvé');
}
// Affichage simple
else {
wp_list_categories('title_li=&orderby=name&show_count=0&hierarchical=0&child_of=4');
} ?>
</ul>

A chacun de spécifier ses paramètres (voir le détail sur le site de Category Tagging). Le plus important est sans doute le 5e paramètre qui exclut des catégories. Je l’utilise ici pour ne pas afficher les catégories racines (Thèmes et Mots-clés), ainsi que les thèmes de premier niveau qui sont déjà dans l’interface.

Reste à définir les styles CSS pour afficher les mots-clés en fonction de leur utilisation. Pour moi, c’est le code suivant :

a.tag-cloud-1 {
	font-size:1em;
	color:#9B907F;
}
a.tag-cloud-2 {
	font-size:1.2em;
	color:#7C6E59;
}
a.tag-cloud-3 {
	font-size:1.4em;
	color:#7C6E59;
}
a.tag-cloud-4 {
	font-size:1.6em;
	color:#666;
}
a.tag-cloud-5 {
	font-size:1.8em;
	color:#444;
}

Inconvénients

Comme toute astuce, la solution n’est pas idéale. Il y a aussi des inconvénients :

  • L’ajout d’un tag n’est pas possible pendant la saisie d’un article. En effet, WordPress propose l’ajout de catégorie pendant la rédaction, mais il semble impossible d’ajouter une sous-catégorie. Si quelqu’un connait le truc, je suis preneur !
  • Il faut modifier le code du thème WordPress pour gérer la liste des catégories à ne pas afficher dans le tag cloud. C’est le cas quand j’ajoute ou supprime un thème principal… ce qui est très rare.

Avantages

La solution n’est peut-être pas idéale, mais c’est un bon compromis :

  • On se passe d’un gestionnaire de tags. WordPress s’en trouve plus léger et plus stable.
  • Au niveau des articles, je peux afficher les thèmes et les mots-clés dans la même liste pour proposer un choix plus large aux lecteurs.
  • Si un mot-clé prend de l’importance, je peux le placer dans les thèmes sans toucher aux articles, ni aux outils de navigation. Pour faire la même chose avec un système de tags indépendant, il faut modifier chaque article…

Mise à jour. Thomas VdB voit deux autres avantages essentiels à utiliser les catégories comme arbre sémantique :

  • Les doublons disparaissent (comme Sémantique, sémantique et semantique qui sont habituellement considérés comme trois tags différents).
  • Le référencement est optimisé car l’adresse d’une page d’un tag décrit son contenu et facilite son indexation (par exemple, /category/mots-cles/web-semantique/).

Internet, c’est aussi pour les enfants !

Campagne E-enfance

Internet, c’est génial ! On y trouve de tout et pour tout le monde ! Mais aussi le meilleur… comme le pire.

L’association E-enfance diffuse deux films très efficaces pour sensibiliser les parents aux dangers d’internet. Deux films courts, à la chute brutale, à l’image de ce que les enfants vivent sur le web : le plaisir de découvrir peut virer au cauchemar en un seul clic…

Cette opération me rappelle celle effectuée par le National center for missing and exploited children :

Un jour, je l’espère, ces spots ne seront plus utiles…

Merci à Gilles Klein pour l’information.

Un pirate prend la main sur la dernière version de WordPress

Rares sont les applications exemptes de failles de sécurité. On s’habitue aux bulletins de sécurité qui nous invitent à les mettre à jour dans les meilleurs délais, ce que nous ne faisons pas forcément toute affaire cessante…

Sauf que là, l’affaire est grave. Un pirate a réussi à pénétrer un des serveurs de WordPress pour modifier le pack d’installation de sa dernière version (v. 2.1.1). Tous les blogs qui utilisent cette version sont donc menacés.

La mise à jour vers la version 2.1.2 est donc à faire au plus vite !

FeedValidator valide vos flux Atom et RSS

Un petit outil bien pratique pour vérifier la syntaxe de vos flux de syndication : FeedValidator. Le complément idéal des outils de validation déjà bien connus :