Christophe Le Bot

  • Navigation rapide
Pratique de la conception numérique

Derniers commentaires

  • Une excellente thèse sur Simile Exhibit
    • Olivier Rossel | Bonjour. Malgre les annees, avez vous toujours en memoire vos usages d’Exhibit? Je serais ravi d’en discuter avec vous. Cordialement, Olivier Rossel.
  • Utiliser le planificateur de tâches OVH (crontab) avec PHP
    • Max | Bonjour, comme faire pour appeler une version de PHP qui n’est plus proposée par défaut dans le manager ? J’essaie de lancer un cron avec php 5.3 mais le log affiche No such file...
    • Christophe | @absolument Merci pour ces précisions. Je n’ai pas mis en place de tâches cron récemment, mais j’ai reçu quelques notifications étranges d’OVH il y a quelques...
  • Récupérer le dernier auto-incrément MySQL avec PHP
    • Thy | Sujet toujours *très* utile en 2015 ! Je réponds à Serge tsimba qui récupère un « Resource id ». (Et à tous ceux qui ont le même souci mais qui ne le disent pas) :)...
  • Régler l’heure de serveurs virtuels sous Debian
    • Ares_XL | Il semble que sur Débian la commande « tzconfig &ra quo; soit dépréciée et remplacée par : « dpkg-reconfigure tzdata » elle donne accès à une...
 

Je me sens agile !

Excellente journée, aujourd’hui !

Pour commencer, une jolie acquisition finalisée ce matin (la 4e entreprise du groupe) dont je laisse au padrone le soin d’annoncer la nouvelle. Ce sera le 21 octobre. Oui, je sais, ça fait un peu buzz

Et puis, c’était surtout la journée Agile Tour 2008 à Toulouse ! Inutile de tourner autour du pot : j’ai été très agréablement surpris ! Et ce, pour plusieurs raisons :

  • L’organisation était parfaite : accueil sympathique, horaires respectés, pauses gourmandes généreuses, matériel et salles adaptés, atmosphère détendue propice aux échanges.
  • Les salles étaient combles, preuve que les méthodes agiles commencent à s’installer doucement mais surement.
  • Les intervenants étaient passionnés, passionnants et pédagogues.
  • Les exemples d’utilisation étaient clairs et convaincants.
  • La programmation était judicieuse pour avoir une vision globale du sujet (1. Origine, théorie ; 2. Application via les ateliers ; 3. Retours d’expérience).
  • L’effort des sponsors a permis d’ouvrir gratuitement cette journée à tous, sans rogner sur la qualité des interventions.

Que du bonheur ! Il faut dire que c’était facile : l’organisation de ces journées Agile Tour a elle-même bénéficié d’une approche agile…

Sur ce coup, les absents ont eu tord, mais ils pourront (légèrement) se rattraper en consultant les supports des conférences sur le site de la SigmaT dès demain.

Pour finir, voici en vrac ce que je retiens de cet événement :

  • Lire deux livres : The Mythical Man-Month, de Frederick P. Brooks, et Peopleware, de Tom DeMarco et Timothy R. Lister.
  • L’Agile Manifesto et ses 12 principes.
  • La complémentarité de l’approche Lean sur les projets agiles.
  • Le constat à l’origine de la création de Scrum : « le processus de développement est imprévisible ».
  • Scrum est utilisé dans 3 projets agiles sur 4 (Scrum seul 49%, Scrum + XP 22%).
  • Le coeur de cible agile : un nouveau projet pas trop critique, piloté par un management accomodant, sur une architecture définie, développé à temps plein par une équipe de 5 à 12 personnes réunies en un même lieu, s’appuyant sur des outils et systèmes interactifs ! C’est un idéal, bien sûr…
  • Sélectionner les méthodes agiles adéquates et les adapter au contexte.
  • Shu Ha Ri : suivre, comprendre, adapter. Auquel j’ajouterais améliorer.
  • Bien penser son architecture avant d’appliquer un développement agile.
  • Ne pas oublier de documenter son travail (non par formalisme, mais parce que tout ne peut pas être déduit du code, comme les séquences).
  • L’atelier XP Game qui a vite montré à tous les participants l’intérêt de l’Extreme Programming pour piloter un projet.
  • L’excellent retour d’expérience d’Igeoss qui a adopté les méthodes agiles dès l’origine pour développer ses solutions, avec un réel avantage productif et qualitatif.
  • L’excellente discussion avec Ramiro Sarmiento, agile coach chez Agilii et organisateur de l’Agile Tour 2008.

Parmi les blogs que je lis régulièrement sur le sujet, je vous recommande :

Merci à tous les organisateurs d’Agile Tour 2008 pour cette belle réussite ! Leurs efforts méritent bien ce petit retour.

Agence web ou SSII : que choisir ?

Lors d’une conférence aux RSI Midi-Pyrénées, j’ai été amené à répondre à une question sur le choix du prestataire pour une plate-forme e-commerce. Ma réponse a été suffisamment maladroite et incomplète pour que plusieurs visiteurs me relancent sur le sujet dans les couloirs de Sup Info.

La fameuse question

La question était à peu près : « est-ce que le choix entre agence web et SSII n’est qu’une simple question de coût ? ».

J’ai donc répondu que le débat ne se situait pas là, puisque nous constatons une évolution profonde des agences web et des SSII autour des prestations Internet.

La fameuse réponse

Il y a 15 ans, quand démarraient les premiers projets Internet, il y a avait peu de technologies associées. Juste du HTML, même pas de CSS ! Ce nouveau canal de diffusion servait essentiellement à la communication d’entreprises. Naturellement, ce sont les services de communication et/ou de marketing qui ont hérité des projets Internet et ont, à leur tour, transmis les demandes à leurs prestataires habituels : les agences de communication et de design.

Résultat : ces agences ont créé des départements web autour de méthodes et outils utilisés dans les métiers de création. Il suffit de relire les cahiers des charges des sites web de l’époque pour s’en convaincre…

Puis, tout a évolué très vite. Les technologies ont débarqué à un rythme effréné. Attirés par ce nouveau marché juteux, les agences web ont fleuri (en débauchant des profils d’agences de communication et de design) et ont intégré de plus en plus de profils techniques, sans radicalement changer leurs méthodes. Jusqu’à l’éclatement de la « Bulle Internet » en 2000 et 2001.

Internet avait prouvé son intérêt, mais il fallait l’aborder autrement. Les entreprises ont donc impliqué d’autres profils, ceux de l’informatique, autour de méthodes et outils très différents.

D’une façon générale, les agences web qui avaient survécu au crash, ont continué leur chemin autour de la communication et de la conception de contenu et d’interfaces. Les SSII ont récupéré les développements techniques et l’exploitation des services Internet.

Avec le temps et parce que les deux mondes coexistaient sans réellement se comprendre, les rapprochements étaient inévitables. C’est ce que nous vivons depuis quelques années, avec les fusions-acquisitions d’agences web par les SSII (l’inverse est plus rare).

J’ai conclus ma « fameuse » réponse sur ce point. J’ai donc pris beaucoup (trop) de raccourcis et oublié la suite !

Ce que j’aurais dû ajouter

Bien sûr, se faire manger tout crû par une SSII n’a pas plu à certains responsables d’agences web qui réclament haut et fort leur indépendance et leur culture. Et je leur donne mille fois raison !

Voici donc la suite de ma pensée… qui reste toujours la mienne et soumise à débat.

En réponse à la demande des internautes (dont le comportement a fortement évolué avec la généralisation du haut débit), les acteurs d’Internet se spécialisent. Les profils et les prestations deviennent très techniques et mettent à l’écart les agences web qui n’ont pas su évoluer ou recentrer leur activité. Non seulement les méthodes des métiers de la création côtoient les méthodes de développement logiciel, mais Internet a fini par favoriser la création de nouvelles méthodes (méthodes agiles, développements pilotés par les tests, conception centrée utilisateur, etc.). S’il existe encore des agences web indépendantes, c’est parce qu’elles utilisent ces nouvelles approches.

A côté de cela, une myriade de nouveaux acteurs se focalise sur les marchés de niche : référencement, marketing viral, e-mailing, e-commerce, vidéo web, réseaux sociaux, univers virtuels, veille, développement RIA/RDA, M2M, convergence web / mobile, etc. Cette dynamique structure le marché des prestations Internet et favorise la créativité, technique à l’appui.

C’est ma vision des choses qui ne demande qu’à évoluer grâce à vos commentaires.

Journée IHM à Toulouse le 18 juin 2007

Midi-Pyrénées Innovation organise, le 18 juin 2007 à la Cité de l’Espace, la Journée Technologique Interface Homme-Machine.

L’objectif est de sensibiliser les décideurs aux atouts de la conception d’interfaces homme-machine dans le développement de projets innovants. Au programme, un état des lieux du métier et de ses enjeux, des témoignages d’industriels et de chercheurs, des démonstrations d’applications interactives, sans oublier l’aspect formation et l’avenir des IHM.

Ce sera surtout l’occasion de découvrir le potentiel de la région Midi-Pyrénées en matière d’ergonomie et de conception d’IHM, avec des intervenants tels que :

Rendez-vous donc à la Cité de l’Espace le 18 juin. J’y serai, bien sûr…

Pour en savoir plus et s’inscrire : site web Midi-Pyrénées Innovation

Les enfants réservent toujours des surprises…

Comme beaucoup de parents, je suis employeur d’une assistante maternelle. L’Urssaf propose un service en ligne pour déclarer les salaires versés, sans avoir les compétences d’un expert comptable ou d’un directeur des ressources humaines.

L’idée est louable, encore faut-il bien connaître vos enfants. Ce qui n’est visiblement pas mon cas puisque je viens de découvrir que mon deuxième enfant est plus âgé que le premier. Sans doute l’effet d’un élixir de jouvence garanti pur OGM…

Bogue Pajemploi

Un petit bogue technique, soit. Mais totalement bloquant pour l’utilisateur ! Quelle case choisir ? Un joli exemple d’erreur technique basique qui conduit l’utilisateur dans une impasse.

Sacrés farceurs, à l’Urssaf !

Mise à jour :
J’ai obtenu une réponse de Pajemploi : il faut choisir la case qui affiche la date de naissance correcte.

Test d’interface : paiement d’amendes en ligne

La semaine dernière, j’ai reçu un joli papier (vert amende, bien sûr) me rappelant que la vitesse maximale autorisée sur autoroute est de 130 km/h. C’est agaçant (surtout pour un dépassement de 5 km/h sur une voie déserte) mais loin de moi l’idée de critiquer cette règle élémentaire de sécurité.

Vient l’heure de payer l’amende. Je ne suis pas un habitué du fait (c’est même une première), je fais donc l’effort de lire toutes les instructions. Ah tiens, on peut payer par internet ! Voilà l’occasion de tester une interface ! Ou comment prendre du plaisir à réaliser une tâche désagréable !

Un site dédié au paiement des amendes

Accueil amendes.gouv.fr
Page d’accueil du Service de télépaiement des amendes.

Le Ministère des Finances a mis en place un site dédié au paiement des amendes par carte bancaire. Pour protéger la transaction, la connexion entre le serveur et le navigateur web est cryptée (via SSL) et l’identité du service garantie par un certificat numérique.

Certificat SSL amendes.gouv.fr
Informations sur le certificat SSL.

Premier bémol : le certificat est émis par Verisign, entreprise privée américaine. Le Référentiel Général de Sécurité n’est donc pas encore en place.

L’accueil du service

La page d’accueil est des plus simples : un résumé pour expliquer le but du service, un lien pour y entrer et un autre pour quelques explications sur la sécurisation du site. Simple, clair (c’est vrai aussi qu’on n’arrive jamais sur ce site par hasard…), malgré un texte plutôt confus pour expliquer la transaction HTTPS.

Le code source est typique du web première génération : des textes en bitmap, des tableaux pour la mise en page, le tout généré par Dreamweaver (ses fonctions Javascript sont détectables entre mille) et FrontPage 6.0 (voir la balise META GENERATOR). Drôle de mélange, mais l’avantage est de rendre l’interface utilisable sous tous les navigateurs, même les plus anciens. On est loin du web 2.0, d’Ajax, du XHTML compliant, des CSS 2… mais aussi d’une interface accessible (au sens ergonomique).

Un petit tour du côté des requêtes m’indique que le service tourne sous Apache et que mes actions et leur traitement seront gérées par des scripts Java (le cookie de session trahit sa présence).

Saisie des informations

Saisie du numéro de l'amende
Saisie du numéro de l’amende.

Je passe à l’action. On me demande le numéro de l’avis d’amende et sa clé. Euh… il doit être tard, je ne vois rien de semblable sur le papier. J’ai bien un numéro d’avis de contravention mais pas d’avis d’amende. De plus, le formulaire web me propose 5 groupes de chiffres + la clé, la version papier n’a que 4 groupes de chiffres + la clé.

Heureusement, il y a une aide. Je fais abstraction du dictionnaire qui propose toutes les lettres de l’alphabet, alors que seules 8 lettres sont utiles… Les « pro » de la molette seront ravis ! Je clique donc sur « Où trouver mon numéro d’avis – Cliquez sur ce lien » (j’adore) et là, surprise ! Je vois bien les 4 cases de chiffres, comme sur mon papier. Je vois aussi à côté une version à 5 cases… Je sens que ça va être chaud.

Aide pour la saisie du numéro d'amende
Aide pour la saisie du numéro d’amende.

Survient le doute : vais-je pouvoir payer cette amende (pardon, contravention) en ligne ? Je tente le coup. Et j’ai bien fait : le premier groupe de chiffres détermine le type de contravention (forfaitaire, dans mon cas). Un petit Javascript élimine donc la cinquième case. Un autre se charge de déplacer le curseur de case en case. On tient le bon bout !

Informations liées à la contravention

Informations sur la contravention
Informations sur la contravention.

Le serveur fait son office et m’informe de mon avis de contravention. Cette page remplit son rôle, avec des textes concis et une fenêtre Questions / Réponses très utile.

Paiement de l’amende

Je passe au paiement. Une page me demande si je veux payer définitivement ou si je veux déposer une consigne (eh oui, si vous contestez la contravention, vous devez la payer avant de vous faire rembourser… éventuellement).

Paiement de l'amende (1)

Vient le formulaire tant attendu du paiement par carte bancaire. Là, on retrouve ses habitudes d’achat sur les sites e-commerce (adresse de livraison en moins…). Rien à dire, c’est bien fait.

Paiement de l'amende (2)

Je valide et j’obtiens un justificatif que je peux imprimer, sauvegarder, envoyer à une adresse e-mail ou recevoir par courrier. Dommage que ces options ne soient pas regroupées.

Paiement de l'amende (3)

La sauvegarde du justificatif sur ordinateur vaut vraiment le détour (un simple fichier texte contenant du code HTML illisible et sans aucun retour chariot). J’opte plutôt pour l’envoi par e-mail que j’obtiens aussitôt.

Conclusion

Ce petit jeu de cache-cache valait bien les 45 € que j’y ai laissés. Mais promis, je ne recommencerai pas.

User Generated Applications : utopie ou réalité ?

Même si le web 2.0 n’a pas inventé les réseaux sociaux, il a permis de généraliser la notion de User Generated Content, c’est-à-dire la création et la gestion du contenu par les utilisateurs. Tous les services « à la sauce web 2.0 » fonctionnent sur ce principe (à commencer par les blogs).

Et après ? Va t-on s’arrêter en si bon chemin ? Que peut-on apporter de plus à l’utilisateur ? Christian Fauré nous en donne la réponse : les User Generated Applications. A priori, son billet peut semer le doute (il date du 1er avril), et pourtant il ne manque ni de pertinence, ni de justesse.

Une réalité, soutenue par la demande des particuliers

« Les User Generated Applications ? Nous n’y sommes pas encore ! » Détrompez-vous : elles sont déjà là !

Un des meilleurs exemples est sans doute Yahoo! Pipes. Ce service permet de créer son propre agrégateur à partir de flux d’informations choisis, filtrés et manipulés. Pour cela, une interface graphique simple mais puissante permet de définir les règles de sélection et de traitements des flux.

Yahoo! Pipes - Accueil
Page d’accueil Yahoo! Pipes.
Yahoo! Pipes - Editor
Yahoo! Pipes Editor.

Ning est un service tout aussi intéressant. Il se définit comme « un service pour créer vos propres réseaux sociaux ». Certains y verront une plate-forme de blogs améliorée, alors qu’il s’agit bien de concevoir sa propre application de diffusion et de partage de contenu. Du User Generated Content servi par une User Generated Application, en quelque sorte.

Ning - Acceuil
Ning, page d’accueil.
Ning - IHM
Ning, interface de création.

Pour achever de vous convaincre, il me reste à citer Coghead. Là, nous touchons à la personnalisation ultime pour un résultat qui sort totalement des services web classiques. Coghead crée des applications complexes, à partir de données structurées par l’utilisateur, via une interface graphique.

Coghead
Interface de Coghead.

La difficulté d’une implémentation en entreprise

S’il est facile de faire du « cousu main » pour les particuliers, l’exercice est tout autre en entreprise. Christian Fauré nous dresse le tableau idyllique :

Personne n’aurait vraiment la même application, la notion même d’application deviendrait floue. Chacun créerait aisément ses propres services, au besoin en utilisant une librairie de composants génériques.

[…]

Le métier change ? Hop, je m’adapte immédiatement en modifiant mes services paramétrés. Pas besoin d’attendre le déploiement de la nouvelle version d’un progiciel.

[…]

Ce que cela change :
– plus de notion de processus métiers, ni de re-engineering : chacun outille son processus
– le management du SI se concentre sur l’architecture de l’information, l’interopérabilité et la sémantique des données.
– plus de MOE et de MOA, on arrête de travailler comme si l’on construisait un bâtiment (ouf!)

Et sa contrepartie :

Cela suppose une plus grande sensibilité et maturité des salariés dans la maîtrise de l’informatique. Cette sensibilité et cette éducation ne peut être assumée par l’entreprise seule. L’école elle-même ne pourra assumer ce rôle, ou en tout cas pas tels que les systèmes éducatifs sont actuellement conçus.

[…]

Le malaise des décideurs : ceux dont la fonction consiste à demander des rapports : bye, bye !

[…]

Il faut une population de salariés compétents pour être autonomes.

Les applications générées par les salariés sont-elles utopiques ou une réalité à court terme ? J’opte pour la seconde réponse, à condition de maîtriser la sémantique et l’interopérabilité des informations de l’entreprise. Tout l’enjeu (et les risques !) sont là. Le but est de qualifier le moindre fragment de contenu pour l’exploiter dans des conditions inconnues lors de sa création. Utopique ? Encore une fois, non. Encore une fois, les exemples existent.

Prenons Freebase. Ce projet a pour ambition d’être une base de données géante et universelle, alimentée par ses visiteurs. A priori, rien ne la démarque d’autres services web, sauf qu’ici, chaque information est qualifiée, « sémantisée ». Là où Google tente de comprendre le sens du contenu par des algorithmes évolués, Freebase découpe chaque information en fragments qui ont du sens. Là où Google vous donne une probabilité qu’une page web réponde à votre question, Freebase apportera la réponse exacte, fusse-t-elle unique !

Freebase
Site web de Freebase.

Avec l’explosion des données qualifiées et l’inévitable indisgestion qui s’en suivra, l’utilisateur en entreprise devra s’appuyer sur des outils de recherche, de sélection et de visualisation des données, avant de construire sa propre application. A ce titre, je citerai l’étonnant projet Many Eyes d’IBM.

Projet Many Eyes - IBM
Projet Many Eyes d’IBM.

Un séisme pour les acteurs informatiques ?

Je n’entrerai pas dans les détails d’un sujet connexe et sensible (cet article est suffisamment long, je pense…), celui de la génération automatique de codes qui touche directement les professionnels de l’informatique. On reste dans la même logique : accélérer la mise à disposition d’outils informatiques. Avec des conséquences importantes sur l’activité de certaines entreprises.

Les agences web sont les premières touchées. Elles sont souvent gérées par des créatifs qui ont une vision artisanale du développement web. Je n’ai rien contre les artisans talentueux, mais face à un serveur qui crée une application web en 2 minutes à partir d’un fichier UML 2, après avoir effectué des tests unitaires pour rendre l’application « 100% bug free », il devient très difficile de lutter, sauf à utiliser les mêmes méthodes de production et à se démarquer par une réelle créativité (là où l’homme aura toujours sa place).

Ensuite, à qui le tour ? Aux SSII qui facturent le déploiement et la maintenance de solutions applicatives ? Aux éditeurs de logiciels qui vendent des licences poste à poste ?

Pour ma part, je vois plusieurs évolutions importantes :

  • Les projets informatiques se focaliseront sur l’interopérabilité des systèmes d’information (l’open source les y aidera sûrement).
  • La sémantique va jouer un rôle fondamental dans la manipulation et la transformation de l’information.
  • Le développement informatique se concentrera sur la capacité de l’outil à s’adapter, à se personnaliser et à s’autogénérer.
  • La conception centrée utilisateur sera la seule conception possible.
  • Les managers devront intégrer les contraintes liées à l’autonomie des utilisateurs et à la plasticité de leur outil de production.
  • Les éditeurs de logiciels se transformeront en fournisseurs de services (la bataille Google / Microsoft est un bon exemple) ou en spécialistes métiers (comme Adobe, par exemple).
  • Les entreprises de services informatiques devront inventer le « support utilisateur individuel ».
  • La création prendra une place prépondérante et sera enfin facturée, puisqu’elle seule ne pourra être automatisée (enfin, pas à court terme…).
  • Nous utiliserons enfin les outils que nous imaginerons.

Du grain à moudre

Deux articles (en anglais) de CNN Money qui montrent que le sujet est d’actualité :

Pour finir, une excellente vidéo de Nigel Parker (48 minutes, tout de même !) qui reprend ce qui fait le web d’aujourd’hui et ce que seront les services applicatifs de demain :

UDOD, User documentation oriented design

Allez, je me lance ! Ce soir, j’invente un nouveau concept : le UDOD (User documentation oriented design).

Après tout, chaque jour, les acteurs du web inventent de nouveaux « concepts », toujours révolutionnaires, avec leurs centaines de termes et abréviations à connaître par coeur pour rester « in » ! On recherche, on découvre, on apprend, on applique, on oublie et on recommence. C’est tout le charme d’internet ! En regardant de près (ou plutôt de loin si on veut prendre du recul), il y a peu de concepts réellement nouveaux, mais ça fait monter le « buzz » ! Le « web 2.0 » en est une caricature…

« Et UDOD, ça apporte quoi de neuf ? »

Evidemment, après avoir dit tout ce que je pense des « révolutionnaires du web », je vais avoir un peu de mal à vous convaincre d’utiliser UDOD… Mais comme je l’applique avec de bons résultats, je me dis qu’il y aura bien quelques intéressés !

Le principe de UDOD est simple : après avoir fait un brief rapide et fixer des objectifs assez larges pour votre nouvelle application (méthodologie Paper prototyping), vous commencez par écrire la documentation de l’utilisateur débutant (« User guide for beginners »). L’intérêt est de poser une fois pour toute une description claire, synthétique et compréhensible de votre application. On devrait donc y trouver au moins :

  • une définition de l’application ;
  • une présentation des notions fondamentales ;
  • une description des fonctions principales et de leur utilisation ;
  • une description de l’architecture et de son interaction avec d’autres sytèmes ;
  • des annexes pour les détails techniques ;
  • un glossaire ;
  • un index.

Une architecture claire, des notions définies

Certes, cela a un coût. La rédaction est longue et doit être faite par un spécialiste. Cependant, on découvre vite l’intérêt de cette méthode :

  • La définion de l’application facilite la compréhension des objectifs pour l’équipe de développement.
  • Les notions fondamentales sont exhaustives et définies.
  • La description des fonctions donnent l’étendue du travail (orienté tâches) de développement et de conception de l’interface.
  • La description de l’architecture pose les bases du noyau de l’application.
  • Les annexes précisent les contraintes pour les développeurs.
  • Le glossaire définit tous les éléments de l’application.
  • L’index permet de valider la cohérence des termes utilisés.

Entendons-nous bien, je n’ai pas dit qu’il fallait finir la documentation avant de faire autre chose, mais bien de commencer par elle. Les autres méthodes de conception viendront compléter UDOD sans accroc :

  • Design participatif ;
  • Méthodes agiles ;
  • User task oriented design pour la conception de l’interfaces ;
  • UML pour la modélisation de l’application ;
  • Object oriented programming et Aspect oriented programming pour le développement du code ;
  • Unit tests pour valider chaque brique fonctionnelle définie par UDOD ;
  • et j’en passe…

Des utilisateurs impliqués

L’équipe interne a maintenant de quoi travailler sereinement. Mais il y a mieux encore : UDOD implique très vite les futurs utilisateurs de votre application. Ils peuvent la découvrir avant même qu’elle ne soit codée. Et bien sûr y apporter rapidement des remarques, des contraintes, de nouveaux besoins. Dans le cadre d’une application métier, la qualité des échanges est nettement améliorée. On applique au mieux les méthodes de design participatif !

Une documentation de qualité

Au bout du compte, vous aurez optimisé tous les cycles de développement. Et je garde le meilleur pour la fin : vous avez une documentation utilisateur claire et complète au lancement de l’application ! C’est tellement rare…

Faites tester vos sites grâce à UsabilityExchange

Ce n’est pas Cédric, mon ergonome préféré, qui me contredira : mettre en place un test efficace pour mesurer l’ergonomie et l’usage d’un site web coûte cher, parce que chaque service à tester est unique et donc le protocole de test spécifique.

Pourtant, les points communs sont nombreux d’un site à l’autre et l’internet permet de réunir des compétences et des testeurs de tout profil. Pourquoi ne pas profiter de cette nouvelle donne pour réaliser des tests plus facilement pour un coût maîtrisé ? C’est le service que propose le site UsabilityExchange.

La mise en place d’un test se fait par un formulaire en ligne qui définie la portée du test et le profil des testeurs. Tout se fait à distance : protocole de test, déroulement, clôture, résultats… et même paiement des testeurs qui restent sagement chez eux pour réaliser les tests !

Et que donnent les résultats ? A part de jolis graphiques et tableaux, on pourra bien sûr discuter le concept et notamment s’interroger sur le suivi des comportements d’un testeur qui n’est pas physiquement présent. Tracer ce qui se passe sur une interface ne suffit pas : l’attitude, les mouvements, les traits du visage, les hésitations, les grognements, les pertes de concentration, tous ces signes sont décisifs dans les résultats d’un test ergonomique.

Ceci dit, pour une validation basique d’un site, UsabilityExchange a au moins l’avantage d’éliminer les erreurs grossières pour un prix raisonnable.