Christophe Le Bot

  • Navigation rapide
Pratique de la conception numérique

Derniers commentaires

  • Une excellente thèse sur Simile Exhibit
    • Olivier Rossel | Bonjour. Malgre les annees, avez vous toujours en memoire vos usages d’Exhibit? Je serais ravi d’en discuter avec vous. Cordialement, Olivier Rossel.
  • Utiliser le planificateur de tâches OVH (crontab) avec PHP
    • Max | Bonjour, comme faire pour appeler une version de PHP qui n’est plus proposée par défaut dans le manager ? J’essaie de lancer un cron avec php 5.3 mais le log affiche No such file...
    • Christophe | @absolument Merci pour ces précisions. Je n’ai pas mis en place de tâches cron récemment, mais j’ai reçu quelques notifications étranges d’OVH il y a quelques...
  • Récupérer le dernier auto-incrément MySQL avec PHP
    • Thy | Sujet toujours *très* utile en 2015 ! Je réponds à Serge tsimba qui récupère un « Resource id ». (Et à tous ceux qui ont le même souci mais qui ne le disent pas) :)...
  • Régler l’heure de serveurs virtuels sous Debian
    • Ares_XL | Il semble que sur Débian la commande « tzconfig &ra quo; soit dépréciée et remplacée par : « dpkg-reconfigure tzdata » elle donne accès à une...
 

Panique sur les DNS !

Hier, c’était la panique chez tous les hébergeurs : une faille majeure a été découverte dans bind, l’application la plus utilisée dans le monde pour gérer les serveurs de noms de domaine. Une faille tellement critique qu’elle permet de prendre le contrôle des domaines et donc d’en rediriger le trafic vers des serveurs pas très honnêtes !

Même s’ils sont ultra-surveillés et protégés, les 13 serveurs racines qui gèrent tous les noms de domaine d’internet, étaient également potentiellement concernés.

Au fait, à quoi sert un serveur de noms de domaine ? Tout simplement à faire le lien entre un nom de domaine et une adresse IP (et inversement). Chaque machine branchée sur internet possède une adresse IP qui permet de la rendre unique sur le réseau mondial. Cependant, utiliser une adresse IP ne suffit pas. D’abord, elle n’est pas facile à retenir. Et puis, comment feraient les utilisateurs de Google qui exploitent 450.000 serveurs ? Il est plus simple de taper www.google.com dans son navigateur que 64.233.167.99. Même si ça marche, évidemment (si, si, essayez !).

Le serveur de noms de domaine est donc un maillon indispensable d’internet. Quand il s’arrête, vos services internet aussi…

Bref, hier, tout le monde était sur le pont… et moi avec ! Si vous gérez un serveur DNS, n’attendez plus, mettez à jour votre installation, c’est vital ! Le correctif est publié et disponible pour pratiquement tous les systèmes.

L’internet rapide et permanent

L’internet rapide et permanent

A l’occasion d’un petit nettoyage salutaire de mes archives, j’ai retrouvé une adresse un peu vite oubliée. Il s’agit du site « L’internet rapide et permanent » de Christian Caleca.

Au sommaire, des dossiers complets sur les réseaux, leur sécurité, les protocoles, les services les plus courants, les technologies de transmission, etc. La richesse et la clarté du contenu sont exemplaires.

Ce site est à classer dans les indispensables. Un grand merci à Christian Caleca pour cet excellent travail de pédagogie et de vulgarisation.

Tester le serveur DNS d’un domaine

Gérer des noms de domaines est une activité à hauts risques car il s’agit du point d’entrée de n’importe quel service internet. Comment être certain d’avoir des zones bien configurées ? La première chose, c’est bien sûr de vérifier votre serveur DNS et l’ensemble de ces enregistrements.

Mais en cas de mauvais foctionnement, un test à distance du domaine est une vraie bouée de secours. Voici deux outils très utiles :

Finalement, le plus gros risque reste d’oublier de renouveler le domaine. Et croyez-moi, quand on en gère beaucoup, ça arrive plus souvent qu’on ne le croit. Même Microsoft s’y est laissé prendre avec le domaine microsoft.com ! Inutile de vous précipiter, c’était il y a quelques années déjà…