Christophe Le Bot

  • Navigation rapide
Pratique de la conception numérique

Derniers commentaires

  • Une excellente thèse sur Simile Exhibit
    • Olivier Rossel | Bonjour. Malgre les annees, avez vous toujours en memoire vos usages d’Exhibit? Je serais ravi d’en discuter avec vous. Cordialement, Olivier Rossel.
  • Utiliser le planificateur de tâches OVH (crontab) avec PHP
    • Max | Bonjour, comme faire pour appeler une version de PHP qui n’est plus proposée par défaut dans le manager ? J’essaie de lancer un cron avec php 5.3 mais le log affiche No such file...
    • Christophe | @absolument Merci pour ces précisions. Je n’ai pas mis en place de tâches cron récemment, mais j’ai reçu quelques notifications étranges d’OVH il y a quelques...
  • Récupérer le dernier auto-incrément MySQL avec PHP
    • Thy | Sujet toujours *très* utile en 2015 ! Je réponds à Serge tsimba qui récupère un « Resource id ». (Et à tous ceux qui ont le même souci mais qui ne le disent pas) :)...
  • Régler l’heure de serveurs virtuels sous Debian
    • Ares_XL | Il semble que sur Débian la commande « tzconfig &ra quo; soit dépréciée et remplacée par : « dpkg-reconfigure tzdata » elle donne accès à une...

Sommaire de la page

 

Agence web ou SSII : que choisir ?

Lors d’une conférence aux RSI Midi-Pyrénées, j’ai été amené à répondre à une question sur le choix du prestataire pour une plate-forme e-commerce. Ma réponse a été suffisamment maladroite et incomplète pour que plusieurs visiteurs me relancent sur le sujet dans les couloirs de Sup Info.

La fameuse question

La question était à peu près : « est-ce que le choix entre agence web et SSII n’est qu’une simple question de coût ? ».

J’ai donc répondu que le débat ne se situait pas là, puisque nous constatons une évolution profonde des agences web et des SSII autour des prestations Internet.

La fameuse réponse

Il y a 15 ans, quand démarraient les premiers projets Internet, il y a avait peu de technologies associées. Juste du HTML, même pas de CSS ! Ce nouveau canal de diffusion servait essentiellement à la communication d’entreprises. Naturellement, ce sont les services de communication et/ou de marketing qui ont hérité des projets Internet et ont, à leur tour, transmis les demandes à leurs prestataires habituels : les agences de communication et de design.

Résultat : ces agences ont créé des départements web autour de méthodes et outils utilisés dans les métiers de création. Il suffit de relire les cahiers des charges des sites web de l’époque pour s’en convaincre…

Puis, tout a évolué très vite. Les technologies ont débarqué à un rythme effréné. Attirés par ce nouveau marché juteux, les agences web ont fleuri (en débauchant des profils d’agences de communication et de design) et ont intégré de plus en plus de profils techniques, sans radicalement changer leurs méthodes. Jusqu’à l’éclatement de la « Bulle Internet » en 2000 et 2001.

Internet avait prouvé son intérêt, mais il fallait l’aborder autrement. Les entreprises ont donc impliqué d’autres profils, ceux de l’informatique, autour de méthodes et outils très différents.

D’une façon générale, les agences web qui avaient survécu au crash, ont continué leur chemin autour de la communication et de la conception de contenu et d’interfaces. Les SSII ont récupéré les développements techniques et l’exploitation des services Internet.

Avec le temps et parce que les deux mondes coexistaient sans réellement se comprendre, les rapprochements étaient inévitables. C’est ce que nous vivons depuis quelques années, avec les fusions-acquisitions d’agences web par les SSII (l’inverse est plus rare).

J’ai conclus ma « fameuse » réponse sur ce point. J’ai donc pris beaucoup (trop) de raccourcis et oublié la suite !

Ce que j’aurais dû ajouter

Bien sûr, se faire manger tout crû par une SSII n’a pas plu à certains responsables d’agences web qui réclament haut et fort leur indépendance et leur culture. Et je leur donne mille fois raison !

Voici donc la suite de ma pensée… qui reste toujours la mienne et soumise à débat.

En réponse à la demande des internautes (dont le comportement a fortement évolué avec la généralisation du haut débit), les acteurs d’Internet se spécialisent. Les profils et les prestations deviennent très techniques et mettent à l’écart les agences web qui n’ont pas su évoluer ou recentrer leur activité. Non seulement les méthodes des métiers de la création côtoient les méthodes de développement logiciel, mais Internet a fini par favoriser la création de nouvelles méthodes (méthodes agiles, développements pilotés par les tests, conception centrée utilisateur, etc.). S’il existe encore des agences web indépendantes, c’est parce qu’elles utilisent ces nouvelles approches.

A côté de cela, une myriade de nouveaux acteurs se focalise sur les marchés de niche : référencement, marketing viral, e-mailing, e-commerce, vidéo web, réseaux sociaux, univers virtuels, veille, développement RIA/RDA, M2M, convergence web / mobile, etc. Cette dynamique structure le marché des prestations Internet et favorise la créativité, technique à l’appui.

C’est ma vision des choses qui ne demande qu’à évoluer grâce à vos commentaires.