Christophe Le Bot

  • Navigation rapide
Pratique de la conception numérique

Derniers commentaires

  • Une excellente thèse sur Simile Exhibit
    • Olivier Rossel | Bonjour. Malgre les annees, avez vous toujours en memoire vos usages d’Exhibit? Je serais ravi d’en discuter avec vous. Cordialement, Olivier Rossel.
  • Utiliser le planificateur de tâches OVH (crontab) avec PHP
    • Max | Bonjour, comme faire pour appeler une version de PHP qui n’est plus proposée par défaut dans le manager ? J’essaie de lancer un cron avec php 5.3 mais le log affiche No such file...
    • Christophe | @absolument Merci pour ces précisions. Je n’ai pas mis en place de tâches cron récemment, mais j’ai reçu quelques notifications étranges d’OVH il y a quelques...
  • Récupérer le dernier auto-incrément MySQL avec PHP
    • Thy | Sujet toujours *très* utile en 2015 ! Je réponds à Serge tsimba qui récupère un « Resource id ». (Et à tous ceux qui ont le même souci mais qui ne le disent pas) :)...
  • Régler l’heure de serveurs virtuels sous Debian
    • Ares_XL | Il semble que sur Débian la commande « tzconfig &ra quo; soit dépréciée et remplacée par : « dpkg-reconfigure tzdata » elle donne accès à une...
 

FireBug, l’outil de développement et de test web ultime

Logo Firebug

Développée par Joe Hewitt, à qui l’on doit l’interface de Netscape et de Firefox ou encore la librairie Boxely d’AOL, FireBug est une extension Firefox pour faciliter le test et la correction d’applications web riches (HTML, CSS, Javascript, XML et Ajax).

Attendue depuis quelques mois comme le Graal du développeur web, je viens d’en tester la dernière version (v.0.4.1 du 13 octobre 2006). Bilan ? Il suffit de trente secondes pour comprendre que cet outil est indispensable ! Petite tour de ses atouts.

Après une installation automatique et sans histoire, FireBug est accessible par le menu principal de Firefox. Une icône apparaît également dans la barre d’état et indique si la page web en cours est valide (icône verte) ou si elle contient des erreurs (icône rouge avec le nombre d’erreurs). Un volet permet d’utiliser toutes les fonctions de FireBug directement sous la page web testée.

Inspection du code

FireBug possède un inspecteur contextuel très efficace pour parcourir le code d’une page web. Il suffit de placer le pointeur sur un objet de la page pour en voir le code HTML ou obtenir des données numériques (taille, position, marge, espacement…). Si des fichiers sont liés (styles, scripts), il suffit d’ouvrir la balise HTML correspondante pour voir le code du fichier lié. C’est simple et rapide ! L’inspecteur gère aussi les styles CSS. On peut contrôler leur définition sur n’importe quel objet et détecter rapidement des conflits d’attributs. Quant aux as du DOM (Document Object Model), ils seront ravis d’en consulter les propriétés de façon aussi simple.

FireBug - Inspection des objets HTML
Mise en surbrillance du code HTML d’un objet survolé.
FireBug - Inspection des styles CSS
Valeurs des attributs de style d’un objet survolé.
FireBug - Inspection du DOM
Inspection du DOM.

Affichage des erreurs

En cas d’erreurs dans une page (HTML, CSS, Javascript), FireBug en dresse la liste et le détail (objet, valeurs, numéro de ligne…). Comme l’accès au fichier incriminé est immédiat (lien vers le fichier, puis sélection de la ligne), la détection des erreurs est très efficace.

FireBug - Affichage des erreurs
Affichage des erreurs dans la console.

Debugger Javascript

FireBug ne se contente pas d’afficher les erreurs, il peut aussi servir de debugger en testant les scripts Javascript pas à pas. Bien sûr, beaucoup d’entre nous trouverons ses fonctions trop simples, mais il est suffisant dans 80% des cas. Et il y a une console Javascript en prime pour exécuter des commandes directement !

Contrôle des flux Ajax

Je garde le meilleur (à mon goût) pour la fin : l’Ajax Request Spy. Avec lui, le trafic Ajax entre le client et le serveur n’aura plus rien à cacher ! J’adore.

Conclusion

Même si Joe Hewitt est encore loin de la version 1.0, son travail est déjà remarquable et terriblement efficace. Pour ma part, je garde la version actuelle qui m’a déjà permis de faire le ménage dans plusieurs sites en… 20 minutes ! En ce moment-même, je constate que l’interface de gestion de WordPress (moteur de mon site) contient, elle aussi, des erreurs… C’est redoutable.

FeedValidator valide vos flux Atom et RSS

Un petit outil bien pratique pour vérifier la syntaxe de vos flux de syndication : FeedValidator. Le complément idéal des outils de validation déjà bien connus :